CIU - Cercle Inter Universitaire




 

Edito de Pierre Chastanier : La fin des moteurs thermiques en 2035 ?


 
J’utilise souvent la comparaison entre Pédagogues et Démagogues, les uns sachants, désintéressés, transmettant sans juger un point de vue éclairé, les autres, politiques, mentant trop souvent effrontément au peuple, ou idéologues manipulés développant des thèses « abracadabrantesques » !
 
S’agissant d’Ecologie, que l’on s’entende bien :
Lutter contre la pollution urbaine des grandes métropoles ou la concentration infernale des industries dans les « usines du monde » de l’Asie du Sud-Est, lutter contre les déforestations coupables en Amazonie, l’usage intempestif des pesticides et autres toxiques de l’agriculture productiviste, la pollution et la gestion irresponsable des eaux, les atteintes insupportables à la biodiversité et toutes autres altérations de l’environnement terrestre, aérien ou maritime dues à l’activité humaine est éminemment souhaitable et doit être encouragé par tous les moyens mais faire croire que l’activité anthropique, dérisoire face à la puissance des éléments, peut causer les changements climatiques qu’on lui attribue, c’est vraiment de l’ignorance pour ceux qui y croient et de la malveillance pour ceux qui les induisent en erreur.  

 
Quelques exemples :
 
Les réserves en énergies fossiles vont s’amoindrir !
 
En réalité, à l'échelle mondiale, elles ne cessent de progresser. Elles sont actuellement estimées à 1729 milliards de barils et avec leurs schistes bitumineux les USA sont devenus le premier producteur mondial de pétrole et de gaz, loin devant le Moyen Orient et la Russie. Le Canada va suivre avec ses sables bitumineux, le Mexique, le Venezuela, et bien entendu avec les réserves considérables enfouies dans l’Océan Arctique (la guerre USA-Russie n’est sans doute pas sans raison) il y a de quoi couvrir au moins un siècle de consommation au rythme actuel…en attendant d’autres découvertes ou d’autres moyens de produire de l’énergie.
 
Croire qu’on peut à volonté produire ou non du Gaz Oïl !  
Le Gaz Oïl est un des sous-produits obligés du raffinage du pétrole et si l’on veut des gaz légers (Propane, butane, GPL), de l’Essence, des Huiles, du Kérosène pour les avions, du Fioul domestique, du bitume pour nos routes on produira obligatoirement du Gaz Oïl.

Si on ne l’utilise pas pour les voitures alors qu’en faire ? Un déchet à gérer de plus, représentant 21% de la masse de pétrole brut ?

Pourtant depuis l‘utilisation de pots catalytiques on sait pertinemment que le Gaz Oïl pollue moins que l’essence car sa consommation en Litres aux 100 kms est plus faible. Mais comme les moteurs diesel, mis au point dans les années soixante sous la pression des pétroliers qui voulaient valoriser ce sous-produit, se sont finalement avérés plus performants et plus résistants que les moteurs à essence et comme jusqu’à un passé très récent ils étaient moins taxés, de nombreux Français se sont équipés en véhicules diesel. Ils ne sont pas prêts d’en changer même si les mêmes pétroliers qui l’avaient promu voudraient aujourd’hui rééquilibrer la demande en faveur de l’essence.

 Les gaz à effet de serre expliquent l’origine anthropique du changement climatique

On sait depuis longtemps (théorie du climat de Milankovitch) que les changements qui se produisent dans les régimes climatiques planétaires sont tout à fait naturels et normaux, consécutifs aux variations de l'orbite solaire de la Terre, ainsi qu’aux modifications de l'inclinaison de la Terre sur le plan de l’écliptique (n’oublions pas que l’orbite terrestre est une ellipse)

La NASA a elle-même révélé que les réchauffements et refroidissements de la planète n'ont absolument rien à voir avec l'activité humaine quoi qu’en disent des esprits dérangés, obsédés par le climat qui mélangent tout : émissions de CO2, gaz à effet de serre, pollution atmosphérique, atteinte à la biodiversité, …

Pourtant Milankovitch a pu élaborer un modèle mathématique complet qui a démontré que le climat de la Terre a toujours changé et est en constante évolution, sans que nous en soyons responsables en tant qu'êtres humains. C’est la position de la terre par rapport au soleil à un moment donné, qui va faire que les conditions climatiques vont varier de façon spectaculaire.

Mais allez donc faire comprendre aux « pseudo-scientifiques » du GIEC, aux sectes écologistes et aux médias grand public complices, que leurs élucubrations ne portent pas sur la science mais sur la meilleure façon de dresser les hommes les uns contre les autres et de proposer des taxes climatiques mondiales comme solution.

 
Arrêt des moteurs thermiques en 2035
Les mêmes inconséquents qui ont décidé de stopper nos centrales nucléaires (à tel point que sur nos 56 réacteurs 30 sont actuellement arrêtés pour…maintenance) pour promouvoir à coup de subventions des énergies intermittentes veulent maintenant, se rendant compte de leur erreur, promouvoir…le tout électrique !

Est-on sûr pour nos 40 millions de véhicules en circulation qu’on pourra construire en 15 ans sur tout le territoire national un nombre suffisant de points de recharge publics (62.000 points de recharge publics en 2022) et le réseau RTE pourra -t-il supporter cette surcharge équivalente à l’énergie totale dépensée par la consommation de carburants ?

Au rythme de croissance actuel du prix de l’énergie, faire le plein d’électricité ne coûtera-t-il pas aussi cher que le plein d’essence quand le gouvernement décidera à son tour de taxer l’électricité comme il taxe aujourd’hui les carburants ? Et l’indépendance énergétique recherchée ne dépendra-t-elle pas aussi de l’approvisionnement en terres rares dont auront besoin les batteries.

 
Subventionner les énergies renouvelables
Comme il faut plaire aux écologistes, on n'hésite pas à subventionner massivement les énergies renouvelables (éolien et solaire) alors que ce sont en fait des énergies intermittentes (7.6% pour l’éolien, 2.6% pour le photovoltaïque). On n’ose plus, bien sûr, proposer des barrages qui risqueraient de faire périr quelques taupes. On engloutit 25 milliards dans ces deux domaines alors qu’on investit péniblement 5 milliards pour le projet ITER qui n’en déplaise aux sceptiques représente sans doute un projet historique pour l’humanité, la fusion nucléaire œuvrant pour la paix mondiale par l’énergie inépuisable qu’elle procurera comme la fission nucléaire avait œuvré pour la guerre et nous menace encore aujourd’hui.

 
On pourrait multiplier les exemples.
Seuls des débats contradictoires entre sachants pourront permettre au peuple de se faire une opinion puis de choisir un cap en toute connaissance de cause. Ne laissons pas des idéologues perturbés ou des médias aux ordres de leurs propriétaires et des lobbies qu’ils servent, fausser le jugement de nos concitoyens. Les tenants du meilleur des mondes veulent des brebis dociles.

Alors résistons, intelligemment mais résistons !   
Pierre Chastanier