CIU - Cercle Inter Universitaire




 

Edito de Pierre Chastanier : Ecole publique, écoles libres ?


Ceux de mon âge se souviennent très bien de la manifestation monstre du 24 Juin 1984 où la France dans un véritable raz-de-marée s’est dressée contre la loi Savary qui voulait intégrer les écoles privées à un grand service public de l’Education Nationale, mouvement qui a entraîné la chute du Gouvernement Mauroy !

Aujourd’hui devant l’incapacité de l’Etat à faire respecter les lois de la République dans nos propres écoles publiques, on peut légitimement se demander s’il n’est malheureusement pas temps de rappeler à nos concitoyens musulmans qu’ils peuvent comme les adeptes des autres religions bénéficier de la possibilité de créer en nombre suffisant des écoles privées musulmanes sous contrat avec des enseignants qui tolèreront voire exigeront en classe le port du Voile ou des Abayas pour les filles, et du Qamis ou du Thobe pour les garçons.

Ces écoles sous contrat seraient bien évidemment à différencier des « écoles coraniques » puisque placées sous le contrôle du Ministère de l’Education Nationale, condition nécessaire pour être financées comme les écoles sous contrats des autres religions, elles ne pourraient évidemment pas enseigner que « la Charia est au-dessus des lois de la République » et devraient se conformer (au moins en théorie) aux programmes éducatifs définis par l’Education Nationale « sans réécrire l’histoire à leur façon » mais c’en serait fini de ces troubles inacceptables dans les « Collèges ghettos » ou des élèves de quartiers difficiles qui déchiffrent difficilement lorsqu’ils lisent et font trois à cinq fautes par ligne lorsqu’ils écrivent, insultent, frappent, menacent des enseignants (on vient de commémorer la décapitation de Samuel Patty !), se promettent de les « attendre à la sortie » avec leurs « Grands frères ou leurs parents » les invectivent sur les réseaux sociaux pendant que la plupart des professeurs se taisent car « il ne faut pas faire de vague » d’autant qu’ils savent très bien que presque toujours, leur hiérarchie (Proviseur, Rectorat) ne les soutiendra pas !

Bien entendu je connais aussi beaucoup de familles musulmanes soucieuses de faire donner à leurs enfants l’enseignement de prestige qui continuera à former les élites qui préfèreront les inscrire dans de les meilleures écoles libres confessionnelles (Stan, Fénelon, ND de Sion, Ginette) où elles seront sûres de la qualité de l’enseignement et de l’éducation et du respect de l’autorité que jamais ils ne trouveront dans les « Collèges ghettos »  

On pourra regretter à juste titre cette forme de ségrégation, démarche vers le communautarisme aux lourdes conséquences sociales, adultes auxquels on ne donnerait vraisemblablement qu’une éducation au rabais, futurs chômeurs ou éternels assistés sociaux. Mais n’est-ce pas justement ce que veulent les forces obscures qui poussent les enfants à se rebeller contre leurs Maîtres, forces pour qui l’égalité hommes-femmes, la liberté individuelle, le respect des lois du pays d’accueil n’ont strictement aucune valeur !

Musulmans Français, qui dans certains quartiers redoutez la pression de ces agitateurs fanatiques qui veulent détruire notre « vivre ensemble », allez-vous relever la tête et ne plus subir ?

Ou vous engagez-vous dans une voie « à l’anglaise » où les communautarismes omniprésents conduiraient aux ghettos avec les risques immenses d’apartheid qui pourraient en découler ? 
Pierre Chastanier