Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité




 

La Lumière dans les hautes et basses terres du Nil


La lumière revêt une signification particulière dans toutes les traditions culturelles. Le disque solaire se superpose à l’expression d’une certaine divinité. C’est le cas pour les saints aussi bien dans la tradition chrétienne que dans les débuts de l’iconographie musulmane. La famille sainte est dite famille de la sainte lumière ce qui finira par produire le patronyme Sinclair qui nous est cher.

Toutes les cultures spirituelles
 partagent cette idée que le soleil et la lumière représentent quelque chose qui nous dépasse, que nous ne pouvons regarder directement, dont l’essence précède la création incarnée.

« La lumière n’est donc pas seulement un phénomène physique ; de tous temps, elle a été utilisée comme un symbole de la compréhension intellectuelle, et aussi de l’illumination mystique, du contact de la conscience avec le divin. »


Aussi bien symboliquement, seul l’aigle peut regarder le soleil : vautour, il est le premier des hiéroglyphes, avec Api car les consonances vont toujours par paire, précédant le Bet, la demeure du divin. Qui dit divin, dit diviser, déjà deux.