. Weblettre
Nous appliquons strictement les règles RGPD.
Gestion des règles en bas de page ou juste cliquer ci-après : retrait@climatartificielurgence.org

Lettre #0 Test de Climat Artificiel 23/10/2018
   

Recevoir la lettre de Climat Artificiel

Pour s'inscrire ou inscrire un ami,
il suffit de cliquer sur l'enveloppe ci-dessus à gauche
ou
cliquer ici

Nous appliquons strictement les règles européennes dites RGPD, protégeons vos données qui restent inacessibles, sauf pour vous, et incessibles à des tiers ; vous pouvez résilier à tout moment votre abonnement par les liens en bas des lettres ou pages.

Prenez soin de fournir l'adresse email avec exactitude. Vous pouvez utiliser un pseudo si vous préférez.

En cliquant sur l'enveloppe, après avoir répondu aux questions, vous recevrez cette page (option envoyer la lettre comme message) ou un lien vers cette page (autre option) à titre de test (les textes ci-dessous ne servent que de test pour un envoi #0).

 

   

URGENCE D'EN SAVOIR PLUS

NON A UNE PLANÈTE AUGMENTÉE SANS CONTRÔLE CITOYEN

Face au dérèglement climatique, certains sont tentés par le recours à la Géo-Ingénierie.

Peu acceptable pour la grande majorité. On l'habille alors d'autres noms : « Retrait de CO2, décarbonisation, BECCS, CDR, SRM »

Mais en consiste la Géo-Ingénierie ?

#BECCS #CDR #SRM #PeutOnEnParler #GeoIngenierie



Géo-ingénierie

Géo-ingénierie

Posted by Facebook on Friday, December 5, 2014

   

Alors que selon le Giec on irait plus vite droit dans le mur, les experts auraient dégagé une marge de manoeuvre de 42 milliards de tonnes !
Pourquoi ?

Le rapport commandé par la COP21 pour la COP24 explique qu'on va droit dans le mur "plus vite que prévu"

Pourtant, alors que la date limite fixée à Paris pour des mesures sans recours à des retraits massifs de carbone était fin 2018, on annonce avoir dégagé une marge de manœuvre de 42 milliards de tonnes nouvelle en vue de la synthèse pour les décideurs.

En fait les Etats pétroliers au premier rang desquels l'Arabie Saoudite (ainsi que la Chine et les Usa) refusaient d'approuver le texte politique.

Avec ces 42 milliards qui ouvrent un droit et un moyen de continuer à gérer la rente du fossile, ils ont approuvé le texte (7 octobre), texte que le Giec n'a toutefois pas officialisé. Il le fera à la veille de la conférence !

Evidemment il faut retirer de l'atmosphère ces 42 milliards, d'où l'importance donnée à la bio-industrie de l'énergie, dite BECCS (Bio Energie avec capture, retrait et séquestration du carbone) appelé à s'étendre sur 45% des terres cultivables.

Une concession au pétrole qui permet de concilier l'industrie du fossile que soutenait Trump et l'industrie de la relève, géo-ingénierie et autre dite bio-industrie. D'où le revirement de Trump sur la position par rapport au climat...

   

Terre et Humanité

http://my.weblet.biz/users/4/files/puce2.gif
Ni la Terre ni l'Humanité n'a besoin
d'être augmentée par une géo-industrie.
Elles ont juste besoin d'être respectées.
D'où cette puce en marge des articles.

   

NUCLÉAIRE, BIO-INDUSTRIE, FOSSILE ET RENOUVELABLE

LE GIEC (le bureau et les États) SE PRONONCE POUR UN MIX : NUCLÉAIRE, BIO-INDUSTRIE, FOSSILE ET RENOUVELABLE

Le rapport de synthèse aux décideurs formellement adopté pas les États le 6 octobre 2018 non encore officialisé par le GIEC, précise page 28 :
[Options assessed in the energy supply sector comprise biomass and non-biomass renewables, nuclear, CCS with bio-energy, and CCS with fossil fuels]

Les options évaluées dans le secteur de l'approvisionnement en énergie comprennent - les énergies renouvelables à base de biomasse et hors biomasse - le nucléaire - le CCS avec bioénergie (dit BECCS) et le CCS avec combustibles fossiles (autrement dit la géo-ingénierie de retrait de carbone)

Outre les recommandations sur l'arrêt de de la déforestation et la reforestation (clairement handicapée par les mafias), la COP24 est donc bien appelée à légitimer :
  1. le nucléaire (appelé à doubler dans le tableau de la page 19) ;
  2. la BECCS (45% des terres cultivables appelées à se convertir pour de la biomasse combinée avec la géo-industrie, retrait et stockage du CO2) ;
  3. le fossile pour la marge de manœuvre accordée aux producteurs (45 milliards de tonne) pour qu'ils puissent gérer leur rente et signer le rapport ce qu'ils ont fait le 6 octobre après s'y être opposés comme l'Arabie Saoudite ;
  4. le fossile supplémentaire sous réserve de compensation par la géo-ingénierie de retrait.
Ceci a été clairement écrit et clairement décodé lors de la conférence de presse du 8 octobre 2018.

Certes les projets les plus fous du groupe des experts de Bonn (septembre) dévoilés par Science et Vie (sufuriser l'atmosphère, alcalaniser les océans) sont apparemment abandonnés.

En fait la géo-industrie ne l'est pas vraiment ( CCS with fossil fuels est clairement envisagé au-delà de la marge de manœuvre dégagée pour les producteurs). La bio-industrie va servir de clef d'entrée : le Giec reconnait que la géo-ingénierie pure et dure pose un problème d'acceptabilité sociale...

Tout est écrit, même si c'est en petit comme dans les contrats.

 

Imprimer cette Weblettre