Le président et les maçons - Lettre#26 9/9/2018

...le dialogue entre l'Etat et la franc-maçonnerie a besoin lui-même de clarté. D'abord, on dénombre en France plus de 220 obédiences...
   

Régulariser, "laIciser", les relations entre la franc-maçonnerie et l'Etat

Lire le communiqué de huit des obédiences

Le président de la République a dîné avec les Grands Maîtres d’une dizaine des principales obédiences maçonniques françaises ce 5 septembre 2018 à l’Élysée, à titre amical en dehors de l’agenda officiel car le président souhaitait se réserver la possibilité d'intervenir le moment venu notamment sur la question de la laïcité.

Il est vrai que le dialogue entre l'Etat et la franc-maçonnerie a besoin lui-même de clarté. D'abord, on dénombre en France plus de 220 obédiences. Si la scissiparité est une richesse, un juste milieu ne peut faire de mal. Enfin, surtout, on ne voit pas pourquoi l'éthique de laïcité qui nous est si chère ne s'appliquerait pas aux rapports des obédiences avec l'Etat, et ceci réciproquement.

Autour du plaisir de se voir ainsi reconnue "à la table", la GLCS entend surtout poser de vraies questions sur ces rapports et faire en sorte que cette initiative ne soit pas sans suite. Mais évidemment, il faut en discuter et en faire un outil positif.

Les grands maîtres déjeunent régulièrement ensemble et tentent de créer une sorte de centre de l’union autour d’un humanisme à renouveler : une douzaine. Voilà une occasion d'aller vers plus de clarté. Cette initiative a déjà donné des fruits.

Un pas de plus vient donc d’être franchi dans la reconnaissance d’une sorte de régularité républicaine à la française, n’excluant d’ailleurs personne ni par exemple celles et ceux qui voient d’abord à travers le prisme anglo-saxon. L'humanisme maçonnique dépasse ce type de clivage.

Plusieurs participants ont rapporté à des journalistes que l’ambiance était «décontractée, studieuse et constructive». Christine Sauvagnac, Grand Maître de la GLCS, confirme.

A côté du Président Macron se trouvait également le ministre de l’Intérieur Gérard COLlOMB, lui-même frère du GODF. On note aussi la présence du sénateur de Côte d’Or François Patriat, un élu proche des milieux de la chasse, d’Alexis KOHLER, Secrétaire général de L’Élysée, de Bruno Roger-Petit, porte-parole de la Présidence de la République, et de Patrick Strzoda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron.

Participaient à ce dîner fraternel sans excessive fraternisation :

  • Jean-Philippe HUBSCH, Grand Maître du GODF ;
  • Pierre-Marie ADAM, Grand Maître de la GLDF ;
  • Jean-Pierre SERVEL, Grand Maître de la GLNF ;
  • Alain MICHON, Grand Maître National de la FFDH ;
  • Jean-René DALLE, Grand Maître de la GLAMF ;
  • Marie-Claude KERVELLA, Grande Maîtresse de la GLFF ;
  • Pascal BERJOT, Grand Maître de la GLTSO ;
  • Edouard HABRANT, Grand Maître de la GLMF ;
  • Christine SAUVAGNAC, Grand Maître de la GLCS ;
  • et Patricia ROSSIGNOL, Grand Maître de la GLMU.


Suite aux discussions et échange de courriers qui avaient suivi les manifestations du souvenir de la Commune de Paris, où l’impartialité du chef de l’État avait été mise en cause par certains d’une part, et en raison inversement du contentieux né des déclarations du chef de l’État devant des évêques d’autre part, le principal thème abordé a été la laïcité dans une sens large et réciproque, la franc-maçonnerie devant s’appliquer ce principe à elle-même également.

Si le Président s’est montré rassurant sur la Loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État, il se réserve d’intervenir plus officiellement. Cohabitation des croyances dans l’espace républicain, notamment à l’école, rapport entre les obédiences et l’État (craintes vis-à-vis des évolutions en Italie et en Pologne), Europe, immigration et bioéthique furent toutefois du menu.

Dans l’attente d’une expression plus officielle, le Président de la République a souhaité que ce premier échange soit poursuivi. Reste à en fixer les modalités. Les obédiences se sont efforcées d’afficher une convergence de vues et semblent y avoir réussi.

Le communiqué

Réception des principales obédiences maçonniques françaises
par le Président de la République


Le Président de la République a reçu le mercredi 5 septembre 2018 les principales obédiences maçonniques françaises pour un dîner de travail, en présence du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur.

Aucun ordre du jour n’avait été établi, de façon à laisser les obédiences interpeler le Président sur les sujets de leur choix.

Sur la laïcité, qui a fait l’objet d’échanges nourris, le Président a tenu à nous rassurer, affirmant que le texte de la loi du 9 décembre 1905 restait la référence, et qu’il n’était pas question d’étendre le Concordat d’Alsace-Moselle, même si celui-ci a vocation à perdurer.

Il a également réaffirmé son attachement à la défense des droits des femmes. Concernant les rapports avec les religions et l’allusion au « lien entre l’Église et l’État » évoqué dans son discours des Bernardins, le Président de la République a indiqué que pour lui il doit bien y avoir un lien de l’État avec chacune des religions et avec chacune des conceptions philosophiques, se référant à l’esprit de Briand plutôt qu’à celui de Combes. Il ne veut pas que les Français deviennent « des puritains », et il veut tenir ferme sur les valeurs de la République.

Les autres sujets évoqués ont concerné l’Europe, sur un plan politique général, mais aussi au regard des craintes des francs-maçons pour le respect de leurs droits fondamentaux en Italie et dans certains pays d’Europe de l’Est. La situation en Afrique a également été évoquée, avec en particulier l’annulation des Rencontres humanistes et fraternelles d’Afrique et de Madagascar (REHFRAM) cette année à Dakar.

Les phénomènes migratoires ont également été évoqués, avec toutes les conséquences actuelles sur les gouvernements européens. Le Président de la République a confirmé sa volonté de trouver une solution commune, dans le cadre d’une souveraineté européenne à construire. Il a exprimé son attachement au droit d’asile et il défendra une ligne humaniste forte en Europe.

Le dernier sujet abordé est celui de la bioéthique, pour laquelle le Président a entendu les positions des uns et des autres.

En conclusion, les obédiences maçonniques signataires se félicitent de cet échange très ouvert avec le Président de la République, et prennent acte de ses engagements sur la défense de la laïcité et des valeurs de la République, et sur son combat pour des valeurs humanistes en Europe. Elles demeureront vigilantes sur leur réalisation et sur le respect des droits fondamentaux. D’autres rencontres devraient suivre sur des sujets plus techniques comme la bioéthique, avec les ministres concernés.

Ont signé


Grand Orient de France - Droit Humain Grande Loge de France - Grande Loge Féminine de France
Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra - Grande Loge Mixte Universelle
Grande Loge Mixte de France - Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité

 
Imprimer cette Weblettre