C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Edito de Pierre Chastanier : Entre uniformité et complexité 5/9/2022
   

Entre uniformité et complexité   

Nous vivons dans un monde compliqué !

La guerre d’Ukraine, le conflit larvé entre Américains et Chinois, la pitoyable faiblesse de l’Europe, l’Afrique à nos portes, obligée d’exporter des populations entières, la guerre plus ou moins ouverte sur tous les continents témoignent de l’affrontement toujours présent des impérialismes derrière lesquels se profile déjà la tyrannie des ploutocrates apatrides.

Depuis la dernière guerre mondiale, qui elle-même opposait l’impérialisme nazi, l’impérialisme stalinien et déjà l’impérialisme américain, nous en avons vu pourtant des affrontements inutiles ne laissant derrière eux que des champs de ruine, la guerre froide figeant des peuples derrière le rideau de fer pendant que d’autres rêvaient de l’avènement d’un communisme universel, les guerres française, russes puis américaines Vietnam, Algérie, Irak, Libye, Afghanistan, Serbie, Yémen, Somalie, Soudan, Birmanie…et maintenant Ukraine , sans en tirer les évidentes conclusions.

Tout cela parce que nous laissons sans réagir des totalitarismes intraitables, qu’ils soient religieux comme aujourd’hui l’Islam ou capitalistiques comme les superpuissances naissantes avides de pouvoir jusqu’à l’étouffement qui ne sont plus des Etats mais des multinationales tentaculaires, régner sur un monde de brebis bêlantes.

Le discours des Humanistes, qui voudrait que la liberté, l’égalité des chances, la solidarité du partage fasse naître sur notre monde, la Terre, une fraternité universelle sombre sous les Fake News des réseaux sociaux qui cherchent à combattre la ploutocratie quand elles ne sont pas habilement suscitées par elle alors qu’il ne s’agit pas de dénoncer mais bien plus d’argumenter pour donner pédagogiquement aux peuples des raisons d’espérer en une autre vision du monde.

L’ONU, ce « machin » impuissant à faire respecter sa propre Charte fondatrice est bien incapable d’imposer ses résolutions.

Elle parle du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes mais tolère toutes les répressions et, soumise aux lobbies des complexes militaro-industriels, laisse se dérouler des opérations que l’humanité entière devrait condamner.

Qu’est-ce qu’un humaniste du XXIème siècle pourrait désirer pour le monde de demain ?

La paix qui permettrait de consacrer au bien être des peuples tout cet argent qui part en fumée.

Un contrôle de la démographie pour réguler très fortement cet emballement des naissances favorisé par les progrès de la médecine et l’élévation partielle du niveau de vie

Une éducation de qualité délivrée à tous les humains car l’intelligence n’a ni frontières ni races

Une auto-suffisance alimentaire sur tous les continents évitant en subventionnant massivement les surproductions agricoles de certains pays d’empêcher le décollage de l’agriculture des autres

La Santé pour tous les terriens permettant de lutter contre les pandémies tout en pratiquant l’indispensable régulation des naissances  

Un rôle pour chacun sur cette terre car le travail anoblit l’Homme et l’univers concentrationnaire des assistanats généralisés sombrera bien vite face aux crises économiques qui s’annoncent

Une société fraternelle refusant les affrontements racistes, xénophobes, antisémites, mais capable de maîtriser ses délinquants

A l’opposé des colonisateurs de tous les temps qui méprisaient leurs colonisés, y compris ceux qui aujourd’hui par un effet de balancier militent pour le « Grand Remplacement » agissons ensemble pour tenter de substituer aux affrontements dans nos quartiers difficiles une société de tolérance qui sache admettre la différence sans permettre le prosélytisme.

Tentons, s’il en est encore temps, un sauvetage de la démocratie par le respect des opinions de chacun, la lutte contre l’abstention, une plus grande respiration de la représentation populaire, des médias libres débarrassés de leur si fréquente démagogie au service des oligarchies qui les possèdent.

Rendons en la promouvant un hommage tardif à la participation dans l’entreprise voulue par le Général De Gaulle qui créerait entre actionnaires, salariés et managers un cadre nouveau où tous seraient impliqués dans les décisions qui les concernent.

Coopérons entre Nations le plus étroitement possible sans pour autant subir le joug de technostructures répressives et budgétivores qui veulent imposer leur suprématie aux désirs des Nations.

Ah ! Comme la tâche sera rude, comme il faudra de l’énergie pour convaincre, comme il faudra de la patience pour expliquer !

Nos politiques en sont-ils capables ? Honnêtement je ne le pense pas. L’Ego, l’idéologie, la corruption dont je parlais dans mon Edito précédent sont malheureusement bien là.

A nous de préparer comme il le faut, la génération suivante pour qu’elle transforme son avenir.  

Pierre Chastanier

 

 
Imprimer cette Weblettre