C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Edito de Pierre Chastanier : Révolution ou Restauration ? 25/8/2022
   

Révolution ou Restauration ?   

L’un de nos fidèles lecteurs réagit à mon dernier édito :

« 50% des Français ne votent pas. Avant de refonder le pays, attachons-nous à mieux connaître cette moitié silencieuse. Le reste se répartit en 3 parts : libéraux mondialistes, libéraux nationalistes, révolutionnaires mondialistes.

En 1914 et 1939, lorsque la France fut attaquée de très nombreux étrangers s’engagèrent pour la défendre et beaucoup y laissèrent leur vie. Aujourd’hui quels seraient les étrangers qui défendraient la France ?

Ce n’est pas d’une révolution que la France a besoin mais d’une restauration ! »

D’accord : mais c’est un air connu : Avant c’était beaucoup mieux !

Or, rappelons-nous toutefois que de très nombreux auteurs ont fustigé la jeunesse. Je ne citerais que Platon qui, 3 siècles avant JC, disait déjà : « Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois, parce qu’ils ne reconnaissent pas au-dessus d’eux, l’autorité de rien et de personne, alors c‘est là, en toute beauté et toute jeunesse, le début de la tyrannie » 

Est-il temps pour nous de quitter ce monde que nous comprenons de moins en moins bien en considérant que les grands changements auxquels nous assistons sont inéluctables ?

Mondialisation, développement du numérique, gestion orwellienne des données, pandémies favorisées par les mouvements de population, communautarismes d’un monde en patchwork, écologie punitive qui oublie que la première cause de la dégradation de la planète est l’emballement de la démographie, transhumanisme qui pointe déjà le bout du nez, intelligence artificielle qui a de moins en moins besoin des hommes sauf d’une minorité au niveau d’éducation de plus en plus élevé ?

Les politiques dans tout cela ne sont souvent que des spectateurs impuissants quand ils ne sont pas aux ordres, sans même s’en rendre compte, d’une infime minorité de décideurs qui ont l’avenir de l’humanité entre leurs mains, non pas pour le progrès de celle-ci mais pour leur plus grand profit personnel immédiat, leur vision à long terme risquant fort de conduire à une impasse !

En laissant se développer sans réagir des idées mortifères, des comportements anarchiques, un communautarisme omniprésent, un refus de participer à la vie de la Cité, un rejet de l’autorité, un individualisme forcené, une surpopulation démesurée, ne voit-on pas que, bien avant les désordres climatiques qu’on annonce avec une vision volontairement à œillères, ce sont les guerres que les complexes militaro-industriels du monde entier attendent de leurs vœux qui régleront les conflits d’une humanité incapable de s’organiser dans la paix, la solidarité, la tempérance, le partage.

L’Afrique va mourir de sa surpopulation. La prestigieuse revue « The Lancet » estime à 3 milliards d’habitants la population africaine en 2100. Il n’en sera sans doute rien car déjà aujourd’hui le continent n’est pas auto-suffisant du point de vue alimentaire et sans une politique drastique « à la chinoise », les guerres, l’immigration massive que rien ne pourra arrêter, l’épuisement des ressources naturelles, le développement de pandémies monstrueuses au moment où les bactéries résistant aux antibiotiques prolifèrent, règleront le problème d’une cruelle façon.

Ne nous croyons pas épargnés. L’invasion a déjà commencé et malheureusement la religion (polygamie), les habitudes tribales (en-dessous de 8 enfants un africain ne se sent pas un vrai mâle), l’éducation très insuffisante, le pillage de l’Afrique qui se poursuit aussi bien avec l’Occident qu’avec les Chinois, l’incurie et la corruption des dirigeants, alors que les progrès de la médecine et les vaccinations de masse empêchent la Nature de régler le problème à sa façon, si cruelle puisse-t-elle paraître, créeront les conditions  de conflits généralisés où les barrières électrifiées de Ceuta et Melilla et les noyades en Méditerranée  ne sont que les prémices d’actions infiniment plus violentes.

Face à de tels problèmes que des dirigeants à courte vue refusent de régler on assite à des affrontements sanglants aussi stupides qu’inutiles, Russie contre Ukraine, Chine contre Taïwan, USA prétendant toujours imposer un monde unipolaire, zones de conflits inexpugnables, Afghanistan, Bande de Gaza, Irak, Iran, Libye, Yémen, Soudan, Sri Lanka, … face à une ONU impuissante.

Ne prenons-nous pas conscience de la nécessité à la fois de protéger nos frontières et notre civilisation et d’aider le tiers-monde par l’éducation, le développement, le contrôle des naissances, l’arrêt du pillage à régler ses immenses problèmes ?

Chez nous, sans un retour de l’autorité, une sécurité assurée, une disparition des territoires perdus de la République, une éducation reprise depuis la base, une société de partage respectant nos traditions et nos valeurs, et sans une ouverture généreuse sur le monde pour que chaque peuple puisse se développer sur son propre territoire en fonction de ses ressources, nous nous exposerons à un fatal destin.

Une planète en guerre, une société désarticulée où la seule règle sera le chacun pour soi, une opposition mortelle entre un « happy few » riche et puissant et la marée humaine souterraine d’un « lumpenproletariat » est-ce cela que nous voulons ?

A moins que tout ne finisse dans un apocalyptique éclair nucléaire ?

Pierre Chastanier

 
Imprimer cette Weblettre