C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Edito de Pierre Chastanier : L’heure des choix 4/8/2022
   

Edito de Pierre Chastanier : L’heure des choix   

Jamais la France n’a été aussi divisée. Au premier tour des élections présidentielles Emmanuel Macron n’a réuni que 20% des inscrits, contre 16.7% pour Marine Le Pen et 15.6% pour Jean-Luc Mélenchon. Aux législatives qui ont suivi, le taux d’abstention a atteint le record de 53.77%. Le Palais Bourbon n’a pas de majorité absolue et 4 blocs en présence LREM, NUPES, RN, LR se disputent les votes avec des alliances de circonstance.

Jamais la société n’a été aussi divisée. L’assimilation ancienne des Italiens, Espagnols, Portugais, Polonais qui avaient choisi de s’installer en France avait été magnifiquement réussie. Celle actuelle d’immigrés maghrébins et africains pourtant francophones venant de nos anciennes colonies débouche sur des communautarismes qui s’opposent à l’idée même de Nation.

L’Europe qui a plusieurs reprises a montré qu’elle faisait bien peu cas des choix nationaux (le referendum de 2005 en est l’exemple le plus frappant) cherche à nous assimiler à une Région : l’Ile-de-France,  l’Alsace-Lorraine, le Nord , l’Aquitaine comme il y a la Catalogne, la Lombardie, la Bavière… montrant ainsi, même si c’est un non-dit, que pour elle la France en tant que telle n’existe plus et que son Parlement doit sans discussion appliquer les Directives d’une Commission pourtant non-élue.

Où est le patriotisme dans tout ça ?

Pouvons-nous renoncer à notre histoire, ses pages glorieuses comme ses plus ternes, renoncer à être Français, accepter comme définitive la juxtaposition de Communautés qui se font face avant de s’entretuer ?

L’histoire transmise par les générations de nos ancêtres venus des quatre coins du monde nous a conduit après la Révolution à une République universelle ne distinguant ses membres ni par leur race, ni par leur religion, ni par leur couleur de peau, ni par leur rang social mais faisant de tous ceux qui ont choisi de vivre sur notre sol des Citoyens libres et égaux en droits.

Encore faut-il qu’ils acceptent eux-mêmes de devenir Français, d’apprendre notre langue, de respecter nos valeurs, de ne pas nous imposer leurs us et coutumes dans la sphère publique, de faire leur notre laïcité.

Et c’est là que le bât blesse car parmi les nouveaux venus beaucoup n’acceptent plus ce schéma intégrateur et même parmi les nôtres, beaucoup pour diverses raisons, veulent adhérer à leur conception, nier la Nation, renoncer au patriotisme au profit d’un wokisme d’outre atlantique, d’une idéologie révolutionnaire, d’un rêve absurde faussement écologiste, d’un islamo-gauchisme radical,

A qui la faute ?

A nous sans doute au départ

Pendant que nous gaspillons inconsidérément nos deniers publics, des efforts insuffisants font échouer notre volonté assimilatrice. A l’école avec des enseignants mal payés, mal considérés, vilipendés par des parents d’élèves dès qu’on touche si peu que ce soit à l‘Islam. Dans l’entreprise où des inégalités insupportables séparent les travailleurs des nantis. Dans la société où l’on refuse à chacun une juste représentation et où l’on injurie bien vite celui qui n’est pas de son bord.   

La France, il faut la prendre telle qu’elle est avec ses heures de gloire et ses moments de honte. Se rappeler des uns pour chercher à les imiter, se souvenir des autres pour ne plus recommencer les mêmes erreurs.

Inutile de se battre la coulpe. Tous les peuples dans leur histoire ont connu de tels moments, faits de hauts et de bas. Or, c’est le présent et l’avenir qui comptent.

A la question : voulez-vous devenir Français pour vous et pour vos enfants, adhérer aux valeurs de la république, conserver dans la sphère privée les us et coutumes auxquels vous restez attachés sans les imposer à vos nouveaux concitoyens, les abandonner même lorsqu’ils se heurtent à nos lois ? Voulez-vous lutter contre le racisme et l’antisémitisme, pour l’égalité des hommes et des femmes, pour une meilleure justice sociale, pour le respect de la Loi ?

Bienvenue si vous répondez OUI. A nous, tous ensemble, de faire en sorte que ce vœu devienne réalité

Rentrez chez vous si vous répondez NON. Respectons-nous les uns les autres et faisons en sorte que les pays riches contribuent puissamment au développement des pays pauvres pour que deux planètes ne vivent pas à proximité l’une de l’autre car de nouvelles guerres ne manqueraient pas d’éclater bien vite.

Et vous Français de souche ou d’adoption, égaux en droits, allez-vous penser qu’il est trop tard, que l’idée de Nation est obsolète, que la Patrie est morte, que le monde moderne est obligatoirement woke, genré, inclusif, écolo, islamo-gauchiste, délinquant, incapable de réagir, soumis comme disait Houellebecq ?

Si oui, notre France n’est plus la vôtre, laissez sans réagir nos politiques la conduire au désastre, nos ploutocrates la saigner à nos dépends, notre peuple oublier son passé.

Les Ukrainiens ont tenté en 2014 de déboulonner dans le Donbass la statue de Lénine. La Nupes et ses séides, Maire en tête, ont tenté en 2020 à Rouen d’exiler la statue de Napoléon.

Ne renions pas nos passés, unissons-nous pour notre avenir commun.

Après le « Touche pas à mon Pote » d’Harlem Désir, y aura-t-il un « Touche pas à ma France » qui revendiquera pour tous ses enfants et pour tous ceux qui voudront la rejoindre notre belle devise :

« Liberté, Egalité, Fraternité »


Pierre Chastanier

 
Imprimer cette Weblettre