C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Edito de Pierre Chastanier : Emmanuel ou Marine ? 12/4/2022
   

Emmanuel ou Marine ?   

Je les appelle par leurs prénoms pour essayer de détendre un peu l’atmosphère qui en a bien besoin car la France se prépare à se déchirer comme jamais et pourtant l’un des deux sera bien le futur Président ou la future Présidente dans 15 jours !

Quelle tristesse d’aboutir à un tel climat prévisible d’affrontement !

D’après les sondages le score final serait beaucoup plus serré qu’initialement prévu 52/48 ou même peut-être 51/49. Si c’est le cas le moindre incident peut tout bouleverser.

Peut-on imaginer qu’un « Front Républicain » une fois de plus autoproclamé, appuyé par des médias aux ordres, des Bobos Wokistes et des banlieues parfois racialistes, veuille à tout prix diaboliser une candidate qui va parler désormais au nom de près de la moitié des Français ?

Je n’ai jamais voté pour Marine Le Pen et je ne la défends pas.

Mais 49% des Français seraient-ils tous des racistes, des fascistes, des néonazis, des anti-Républicains ? 

Et si, en cas de réélection d’Emmanuel Macron, les Législatives qui suivront redonnaient à cette moitié de « mauvais Français » une représentation parlementaire quasi inexistante (actuellement 8 Députés RN sur 577) l’émeute éclaterait à la première occasion.

Qui avait promis la proportionnelle et n’a pas tenu parole ?

Après avoir liquidé le PS tombé à 6% en 2017 et à 2% aujourd’hui, Emmanuel Macron vient de liquider les LR (moins de 5%) un score que personne n’aurait imaginé au moment de la primaire et qui va compromettre très sérieusement les finances du parti ! Valérie Pécresse (HEC-ENA) malgré tout son passé politique n’a finalement pas fait beaucoup mieux que Jean Lassalle !

Celui qui par son Ni-Ni voulait liquider les Extrêmes va donc se trouver face à une « Extrême » Droite au score inégalé et une Gauche que personne n’aurait le droit d’appeler « Extrême » et qui pourtant l’est parfois véritablement.

Les déclarations tonitruantes de Jean-Luc Mélenchon exhortant ses troupes pour « qu’aucune voix n’aille à Marine Le Pen » sont un bel exemple de péché par omission. Il n’a jamais dit en effet que ses voix devaient aller à Emmanuel Macron. Or avec 20% des suffrages exprimés les électeurs de FI auront à choisir entre voter pour un « Président des Riches » qui ne correspond en rien à leurs attentes et une candidate « populiste » dont une bonne moitié d’entre eux se sentent finalement de plus en plus proches !

Et paradoxalement, si elle était finalement élue les immanquables difficultés qui ne manqueraient pas d’apparaître ne favoriseraient-elles pas leurs dessins ?

L’Ex-Présidente du RN explique qu’au lendemain du premier tour elle choisit de se détacher de ses liens partisans avec le RN pour tendre les bras au peuple français tout entier qu’elle veut réunir au sein d’un Rassemblement Populaire ne connaissant plus ni Droite ni Gauche mais regroupant tous les patriotes, non alignés ni aux Russes ni aux Américains, partisans d’une Europe des Nations, d’un contrôle de l’immigration, d’une répartition plus équitable du pouvoir d’achat, d’une retraite indexée à l’inflation après 40 années de cotisation, de prestations sociales pour les plus défavorisés réservées prioritairement aux Nationaux et aux Immigrés cotisants, d’une société plus juste, plus sécurisée, conservant ses us et coutumes et ses valeurs.

Bref un « Rassemblement Populaire » plutôt que « l’Union des Droites » que personnellement j’appelais de mes vœux et qui aurait été possible si Valérie Pécresse et Éric Zemmour avaient fait de meilleurs scores (encore que Valérie Pécresse optant pour le « cordon sanitaire anti-Le Pen » ne s’y serait sans doute pas engagée, accélérant par-là, sa rupture inévitable avec Éric Ciotti !

Que pourra faire Emmanuel Macron si ce discours est entendu ?

Toiser avec hauteur une concurrente qu’il estime largement dominer intellectuellement ?

Continuer ses invectives maladroites contre le « Petit Peuple » avec son goût prononcé pour les phrases choc. Faut-il en rappeler quelques-unes : 

« Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. »

« Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes ».

« Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, qui feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas. Je traverse la rue, je vous en trouve ! »

« Il y a dans cette société une majorité de femmes qui sont pour beaucoup illettrées ».

« La meilleure façon de se payer un costard c’est de travailler »

« Je ne vais pas interdire les UBER et les VTC, ce serait les renvoyer vendre de la drogue à Stains »

« Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder »

Non, Monsieur le Président, votre réélection n’est pas encore gagnée. Et même si, pour vous qui n’aurez pas le droit de vous représenter en 2027, tout cela peut être un peu égal, votre devoir envers la France vous oblige face à un « Rassemblement Populaire » de réaliser enfin « l’Unité-Nationale » la plus large possible pour que notre Pays sorte indemne de cette période de crise.

Vous ne devez plus rien à personne. Pensez aux Français qui souffrent dans leur pouvoir d’achat. Réformez la pression fiscale qui ne profite qu’aux fraudeurs. Rendez au Pays sa tranquillité en octroyant au Parlement le droit de légiférer sur l’immigration. Luttez avec acharnement contre ces territoires perdus de la République. Déclarez enfin le devoir d’assimilation des immigrés en règle sur notre territoire (éducation, logement, emploi, apprentissage de nos valeurs). Réformez la Justice et les prisons et renvoyez chez eux les délinquants incarcérés, Réindustrialisez la France qui en a tant besoin. Défendez-la dans un monde militairement et diplomatiquement difficile à contrôler en luttant pour qu’au sein d’une Europe des Nations elle conserve sa pleine souveraineté. Appelez au Gouvernement des représentants de toutes les familles de pensée et ne vous contentez pas de « débaucher » quelques avides.

C’est votre dernier mandat. A vous de savoir si vous voulez en faire un modèle dont l’Histoire parlera ou si en cas d’élection vous préférez affronter des temps encore plus difficiles qui sans l’Union Nationale déchireront à jamais la France en deux.

 

Pierre Chastanier

 
Imprimer cette Weblettre