C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Edito de Pierre Chastanier : Faut-il distinguer en France : Droite Républicaine et Extrême-Droite ? 4/12/2021
   

Faut-il distinguer en France : Droite Républicaine et Extrême-Droite ?   

Evidemment oui  de la même manière qu’il convient de distinguer Gauche et Extrême-Gauche. Mais comme disait Camus : «  mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde ! ».

Au début du siècle précédent, l’Extrême-Droite était représentée par l’Action Française de Charles Maurras, nationaliste, royaliste, raciste et antisémite, mouvement qui après la défaite de 1940, lorsque ce dernier rallia la Révolution nationale du Maréchal Pétain allait éclater puisqu’une partie de ses membres décidèrent de rejoindre le Général De Gaulle.

Son successeur, le Front National fondé par Ordre Nouveau en 1972 (qui comptait dans ses rangs des jeunes qui devinrent plus tard des personnalités politiques classées aujourd’hui à Droite comme Gérard Longuet ou Alain Madelin), après le retrait de la vie politique de Tixier-Vignancour, allait être présidé, faute de candidat, par le poujadiste Jean-Marie Le Pen.

Obtenant moins de 1% à la Présidentielle de 1974, ce mouvement allait terriblement végéter jusqu’à ce que, comme je le rappelais récemment, le Président Mitterrand à bout de souffle en 1985 (ce qui se traduira par la première cohabitation de Mars 1986) allait user de ses prérogatives pour ouvrir les chaînes de télévision à Jean-Marie Le Pen afin d’: « Affaiblir nos adversaires pour se renforcer et trouver un moyen de les diviser ».

Il ajoutait « Pour disperser les forces de la droite, il faut favoriser l'essor du Front national fondé par Jean-Marie Le Pen qui ne pèse quasiment rien »

Quand on voit aujourd’hui les partis de Gauche dénoncer sans complexe de façon disqualifiante et stigmatisante les forces qu’elles ont elles-mêmes créées en les affublant un peu vite des termes de fascisme, nazisme, racisme, antisémitisme, on sait bien que 90% de leurs électeurs d’aujourd’hui étaient autrefois des électeurs de l’UDR puis du RPR (Faut-il rappeler le score imbattable de Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen présent au second tour de la Présidentielle de 2002 en raison de la stupide arrogance de Lionel Jospin ?).

Grâce à Mitterrand donc, à l’Extrême Droite traditionnelle et ses 2% d’électeurs a fini par succéder une nouvelle droite national-populiste  autour des problématiques liées à la crise : chômage, immigration, identité nationale, sécurité,  pouvant envisager une prise de pouvoir électorale mais qui ne veut pas être associée au nazisme et à la Shoah même s’ils infligent aux étrangers, aux migrants, aux minorités une réaction protectionniste alimentée chaque soir par les témoignages permanents de la faillite de l’ordre républicain.

Cette nouvelle tendance qui dépasse de loin les 2% de l’Extrême Droite traditionnelle, est maintenant conduite par trois leaders, Marine Le Pen, Eric Zemmour et plus marginalement Nicolas Dupont-Aignan. Elle fait recette dans les milieux les plus défavorisés sans pouvoir pour autant être systématiquement qualifiée comme elle l’est de raciste, fasciste, xénophobe, islamophobes, homophobes, sexistes, antiparlementaire ?

Car si c’est le cas, alors plus d’1 Français sur 3 est irrécupérable !

Mais regardons un peu en face.

Aux vrais 2% d’Extrémistes de Droite ne peut-on opposer au moins autant d’Extrémistes de Gauche autour des Poutou, Besancenot, Artaud, Sandrine Rousseau et certains adeptes de la France Insoumise ?

Communistes, Marxistes, Trotskistes, Indigénistes, Anarchistes, Islamo-gauchistes, Ecolo-fascistes qu’on n’a surtout pas le droit de désigner comme tels et encore moins de critiquer ne représentent-ils pas un danger pour la société française aussi important que leurs homologues de Droite ?

Je ne voterai jamais pour Marine Le Pen qui malgré ses tentatives de dédiabolisation reste porteuse d’un trop lourd héritage.

Je ne voterai pas davantage pour Eric Zemmour car ses trop nombreux dérapages sont inqualifiables (Pétain, Islamophobie, Bataclan, Sexisme, Doigt d’Honneur…)

Mais à la suite de Voltaire ne devons-nous pas lutter pour la liberté d’expression ?

Même s’il n’a jamais dit ; « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » ou encore, autre citation apocryphe, «  Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer », cela résume out de même bien la pensée de notre grand écrivain.

Alors quand on voit un inconvenant élu local vouloir interdire un meeting politique à Villepinte sous prétexte que c’est dans son département, appelant à l’inéligibilité d’Éric Zemmour sous le faux prétexte qu’il est un multi-condamné pour « incitation à la haine raciale », on sera obligé de rappeler à ce personnage que, pour l’instant Eric Zemmour n’a été définitivement condamné qu’une seule fois, le 19 février 2011 à 10.000 € d’amende pour « provocation à la discrimination raciale », jugement pour lequel, il n’avait pas relevé appel.

Les nombreux autres déferrements se sont traduits par des non-lieux ou sont encore en Appel ce qui interdit à ce détracteur de parler de multi-condamnation. Il devrait être poursuivi pour cela d’autant que le même homme autorise sur son département la tenue annuelle à Villepinte de l’Assemblée de l’UOIF, organisation proche des Frères Musulmans classés parmi les instances terroristes internationales.

Ecartant les deux bouts de l’omelette, Extrême Droite et Extrême Gauche l’immense majorité des Français devraient pouvoir se retrouver entre deux partis ou coalition de partis concourant au pouvoir : un mouvement social-démocrate (la Gauche républicaine) et un mouvement social-libéral (la Droite républicaine).

La démocratie gagnerait à une confrontation régulière des solutions proposées par ces deux pôles surtout si, comme dans un match de football, un Arbitre (le Président) est là pour faire respecter les règles !

Dernière minute 

Valérie Pécresse, comme c’était prévisible, remporte la Primaire des LR avec près de 61% des suffrages

Bravo et Bon vent pour une campagne présidentielle où elle aura encore beaucoup fort à faire avant le second tour

 

Pierre Chastanier

 
Imprimer cette Weblettre