C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Edito de Pierre Chastanier : En attendant…les sondages ! 29/9/2021
   

En attendant…les sondages !   

Pierre Chastanier


Avec la rentrée politique et l’annonce de prochaines primaires (LR et UDI, Ecologistes, PS…), chaque équipe attend l’évolution des sondages tels qu’ils apparaîtront après :

  • La confirmation par Xavier Bertrand de son refus de participer à une Primaire de la Droite et du Centre
  • La confirmation par les LR et UDI de l’organisation de cette Primaire sans lui
  • L’entrée effective en campagne d’Éric Zemmour si elle a lieu
  • La confirmation du désaccord de la Gauche qui ira à la bataille avec au moins trois vrais concurrents
  • Le maintien quoi qu’il arrive de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron, tous deux désireux d’être présents au second tour pour rejouer le match de 2017

On sait bien que les sondages sont douteux et facilement manipulables mais on n’a guère d‘autres moyens face à l’affrontement des Ego de faire entendre raison à des candidats qui, pour diverses motivations bien connues des politiques, iront jusqu’au bout.

A ce stade si Marine Le Pen se retrouve malgré tout au second tour pour un dernier « chant du cygne », Emmanuel Macron sera réélu sans difficulté

Elle refusera vraisemblablement tout débat avec les candidats de la Droite des Droites car face à Eric Zemmour elle ne fera pas plus le poids qu’elle ne le fit hier face à Emmanuel Macron

Xavier Bertrand pense devancer dans les sondages le candidat ou la candidate qui sortirait d’une Primaire de la Droite et du Centre ! Il espère ainsi le retrait ultérieur de ce concurrent mais dans le cas contraire se retirera-t-il, lui aussi,  pour laisser une petite chance à son camp ?

N’avoir qu’un seul candidat est en effet le seul cas de figure qui permettrait à la Droite et au Centre d’espérer devancer Marine Le Pen si Eric Zemmour peut se présenter.

Ainsi va la vie d‘une présidentielle devenue au fil du temps l’élection d’un véritable « Monarque républicain » 150 ans après l’abolition semblait-il définitive de la Monarchie et de l’Empire !

Il faudra revoir tout cela car un trop grand pouvoir est maintenant donné à un candidat élu avec une proportion de plus en plus minime du corps électoral.

On est loin des résultats des prédécesseurs au soir du premier tour :

  • De Gaulle en 65 : 44,65%
  • Pompidou en 69 : 44.47%
  • Giscard en 74 : 31.6%
  • Mitterrand en 88 : 34.1%
  • Macron en 2017 : 24.01 %

Avec un taux d’abstention sans précédent, qui espérons-le remontera pour la Présidentielle on voit bien qu’au moment où l’individualisme est devenu la règle, le régime parlementaire est en train de s’effondrer.

Il est donc temps de retrouver une meilleure manière de représenter le peuple. Une bonne proposition serait pour moi :

  • L’élection pour 7 ans, non renouvelable, d’un Président arbitre par scrutin uninominal à un seul tour après un parrainage d’au moins 1000 grands électeurs (Maires, Conseillers Départementaux et Régionaux et Parlementaires)
  • L’élection à la proportionnelle régionale d’un nombre plus réduit de Députés (1 pour 150.000 habitants) et de Sénateurs (15 par Région) après un parrainage d’au moins 100 grands électeurs
  • L’interdiction du cumul entre un mandat national et un mandat exécutif local ou régional
  • L’établissement sous certaines conditions réalistes du referendum d’initiative populaire national ou régional
  • La désignation du Premier Ministre parmi les responsables de la formation politique arrivée en tête à l’Assemblée Nationale
  • Une majorité absolue du nombre de membres du Parlement (Assemblée Nationale et Sénat) pour l’adoption d’une motion de censure
  • Une simplification du millefeuille administratif et électoral
  • Une organisation centralisée des seules fonctions régaliennes (Police, Justice, Défense Affaires Européennes, Affaires Etrangères, Aménagement du Territoire) et une dévolution aux Régions des autres fonctions administratives (Education, Santé, Economie, Action sociale, Environnement)
  • Une réduction des nombreux doublons de fonctionnaires (Etat, Région, Départements, Communes) et de toutes leurs déclinaisons (Cantons, Intercommunalités, Métropoles)

La campagne présidentielle qui va débuter et qui, espérons-le nous permettra d’en finir avec ce mauvais feuilleton de Fake News lié à la pandémie du Covid, sera l’occasion de débattre de tous ces points de manière plus détaillée.

 

A suivre…

 
Imprimer cette Weblettre