C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Edito de Pierre Chastanier : 5-1-5 26/9/2021
   

5-1-5   

Emmanuel Macron gagnera la prochaine présidentielle malgré un quinquennat calamiteux non pas parce qu’il est le meilleur mais parce que des deux qui resteront en lice (dont lui) au second tour, il sera le moins pire pour la partie (Droite ou bien plus vraisemblablement Gauche) qui aura été éliminée !

D’où la justesse du vieil adage : « Au premier tour on choisit, au second on élimine » !

Au train où vont les choses, lenteur de la Droite Républicaine à désigner un candidat pendant que Zemmour fait son marché, Gauche irréconciliable entre Socialistes, Insoumis et Ecolos, RN qui décline et inévitables petits candidats des deux bords qui persistent pour trois raisons :

  • Faire parler d’eux à la Télévision et profiter du même temps de parole que les grands candidats !
  • Toucher le viatique minimum de 800.423 € même s’ils n’obtiennent qu’une seule voix, la leur,  et 8.004.225 € si par chance ils arrivent à dépasser la barre des 5% ! 
  • Plus d’autres combines que les Politiques connaissent bien (sic) et que personne ne dévoile parce qu’ils se tiennent les uns les autres par la barbichette !

On risque d’avoir 5 candidats à Droite , 5 candidats à Gauche plus Emmanuel Macron, et pour mémoire quelques candidats microscopiques habituels. D’où le titre 5-1-5

Ah ! Tout serait changé si le deuxième tour était ouvert non pas à deux mais à trois candidats ! Ce changement constitutionnel amènerait un Président le plus souvent non majoritaire (Primus inter pares) qui par définition deviendrait l’arbitre dont tout régime démocratique a besoin (C’est le rôle du Président ou du Roi de TOUS les autres Etats de l’UE, la France étant la seule bicéphale lors des réunions des Chefs d’Etats et de Gouvernement !)

Mais avant de parler de tout ça revenons un instant sur les deux derniers débats auxquels nous avons assisté :

  • Celui entre Ecologistes opposant Yannick Jadot à Sandrine Rousseau
  • Celui entre Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour

Au cours du premier Sandrine Rousseau, exemple même des Bobos parisiens (qui veulent augmenter de 10 centimes par an le prix de l’essence faisant semblant de ne plus se souvenir que cette augmentation a déclenché le mouvement des Gilets Jaunes) a eu des prétentions tellement radicales qu’elles n’avaient pour but, sachant qu’elle n’a aucune chance d’être élue, que de forcer le pauvre Jadot à obtempérer dans le sens de ses folies. Il est même possible que sa radicalité extrême pousse les militants inconscients de ce mouvement à voter pour elle à la primaire EELV

Que Dieu nous garde de tels tyrans qui nous persécuteraient sans remords tellement ils sont persuadés de la justesse de leur cause. On en a vu les effets en Russie avec Staline, en Chine avec Mao, au Vénézuela avec Chavez, au Cambodge avec Pol Pot… et ce n’est pas fini.

Le second débat a été beaucoup plus intéressant même si le pauvre Mélenchon n’a pas pu s’empêcher d’apostropher son contradicteur à plusieurs reprises par des appellations insultantes (mais comme disait le scorpion à la grenouille : c’est dans sa nature !)

Je vous livrerai demain mon analyse des propos d’Éric Zemmour et lui indiquerai la manière dont à mon avis il devrait infléchir son discours pour s’élever au-dessus de ses attaques monomaniaques contre l’Islam car sur de nombreux autres points ses analyses sont extrêmement pertinentes.

Examinons les différents cas de figure les plus vraisemblables pour le second tour :

  • Macron – Le Pen : l’affaire est pliée d’avance : Marine Le Pen poussera son dernier chant du cygne et disparaîtra  de la vie politique française. Paradoxalement sa nièce Marion Maréchal ou son nouveau poulain Jordan Bardella auraient sans doute fait mieux qu’elle !
  • Macron – Gauche : IMPOSSIBLE
  • Macron – Zemmour : Sauf s’il infléchit ses positions par trop radicales Eric Zemmour déclenchera une telle irritation de la Gauche et des EELV que malgré son score qui sera meilleur contre Emmanuel Macron que celui de Marine Le Pen, les électeurs de Gauche, en se pinçant le nez voteront pour Macron ! (après le Tout Sauf Sarkozy de 2017 ce serait le Tout Sauf Zemmour de 2022)
  • Macron – Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse ou Michel Barnier : C’est peut-être là qu’existe la seule possibilité de perdre pour Emmanuel Macron car le pays étant majoritairement à Droite et les candidatures de ces trois opposants suscitant moins de rejet à Gauche que celle d’Éric Zemmour ou de Marine Le Pen, certains « gauchistes » iront peut-être à la pêche.

Voilà me semble-t-il où nous en sommes avant le vrai démarrage de la campagne. Mais l’expérience passée nous a démontré que des évolutions imprévues pouvaient intervenir.

  • Attaques contre les personnes (Comme ce fut le cas pour François Fillon avec déjà une première contre Eric Zemmour sur la couverture de Paris-Match)
  • Evolution de la crise sociale (réforme de l’assurance chômage par exemple) ou de la crise sanitaire (Covid)
  • Vague de terrorisme, d’attaques contre les forces de l’ordre, de protestations contre les drogués… déclenchant des constitutions de milices dans certains quartiers
  • Crise financière engendrée par le « Quoi qu’il en coûte » se répercutant trop vite sur le pouvoir d’achat des Français
  • Mauvaises décisions de l’Exécutif (Jupiter aveugle celui qu’il veut perdre) puisqu’à l’évidence le pouvoir est dans une seule main

La Droite serait bien inspirée de faire tout de suite son unité autour d’un seul candidat quel qu’il soit. Sinon elle ne se relèvera pas !

 

NB : Les logiciels de dictée ont encore des progrès à faire qui ont écrit « fusse » au lieu de « fut-ce » dans mon édito précédent ! Mille excuses !

Pierre Chastanuer

 
Imprimer cette Weblettre