C-I-U            Pages-texte            S'abonner        Masquer Menu           Smartphone
Weblettre

Editos Pierre Chastanier - De Charybde en Scylla 8/9/2021
   

De Charybde en Scylla   

La France qui était la première puissance économique mondiale à la veille de la Révolution vient d’être détrônée récemment par l’Inde de la 6ème place derrière les USA, la Chine, le Japon, l’Allemagne et la Grande Bretagne à la 7ème!

Bravo !

Pire ! Au classement PISA (Programme international pour le Suivi des Acquis des élèves), elle est désormais en 23ème position derrière la Chine, Singapour, Macao, Hong Kong, l’Estonie, le Canada, la Finlande, l’Irlande, la Corée, la Pologne, la Suède, la Nouvelle Zélande, les USA, le Royaume Uni, le Japon, l’Australie, Taipeh, le Danemark, la Norvège, l’Allemane, la Slovénie, la Belgique

Consolons-nous  Elle est toujours devant le Portugal et la République Tchèque !

C’est totalement inacceptable !

Et pendant ce temps-là on se demande si Zemmour sera candidat, si la Droite organisera une Primaire, si on échappera au second tour au sempiternel duel, perdu d’avance, Le Pen-Macron, si Montebourg devancera Hidalgo, si Jadot portera les couleurs des Ecologistes, si Mélenchon se ridiculisera,… toutes choses tellement médiocres par rapport aux enjeux qu’on en a la nausée.

Quels sont les Thèmes de la campagne qui mobiliseront les Français ?

D’abord l’identité : Est-on un peuple en train de perdre son âme ? Affirmer haut et fort que l’Islam est incompatible avec la République ne saurait être un discours fédérateur même si le haut niveau culturel d’Éric Zemmour forcera les autres candidats à élever un peu le débat (pour ceux qui en sont capables !). Faut-il pour autant tout permettre ? On peut dire certes : « A Rome vivons comme les Romains » ! Mais si l’Islamisme radical doit être combattu, nos compatriotes Musulmans ont droit comme les autres à la liberté de culte que leur apporte la Loi de 1905. Ils ont droit à des chances réelles d’assimilation (logement, éducation, travail, égalité des chances). Même si nous ne laissons pas s’installer des Communautarismes qui tôt ou tard déboucheraient sur des violences alimentées par des trafics insupportables dont les plus modestes sont toujours les premières victimes. 

La Sécurité : La France en a assez de ces annonces quotidiennes de règlements de comptes à Marseille, de trafic de drogues Place Stanislas à Paris, de Go fast quotidiens à la frontière belge, de forces de l’ordre attaquées sans relâche dans les banlieues. Nos concitoyens veulent retrouver une plus grande sérénité dans les quartiers, dans les transports en commun, sur la route, dans les bars. Ils veulent en finir avec un terrorisme toujours latent, avec l’immigration clandestine, avec des Français du droit du sol qui parfois haïssent la France.

L’ouverture de la société : Tout évolue. Les modes de vie, les comportements, les croyances. Laissons donc chacun vivre sa vie comme il l’entend sous réserve de respecter la vie des autres. Faisons en sorte que les Médias par des informations pédagogiques nous exonèrent de ce monde de Fake News complotistes qui tourmente bon nombre de compatriotes. Favorisons le retour de l’Ascenseur social, la Fraternité renaissant de la rencontre (école, service national, associations, sports). Redonnons la priorité la plus absolue à l’Education (sujet majeur déjà abordé à plusieurs reprises)

Des Institutions repensées :   Ramenant les Français à prendre part aux décisions qui les concernent : proportionnelle,  suffrage uninominal à un tour, referendum d’initiative populaire, destruction du millefeuille administratif rendant aux régions des pouvoirs trop centralisés, maintien de la structure étatique pour les seules fonctions régaliennes, mandat présidentiel de sept ans non renouvelable, diminution drastique du nombre d’élus et interdiction formelle des cumuls.

Une économie revivifiée : Restructurant  le tissu industriel français, créant enfin notamment par la TVA sociale des conditions équilibrées dans nos échanges avec l’étranger, partageant le travail pour retrouver le plein emploi, revalorisant certaines professions vitales (salaire des enseignants, conditions de travail de salariés trop exposés, égalité de traitement hommes-femmes)  instaurant enfin une réelle participation au sein des moyennes et des grandes entreprises entre actionnaires, managers et salariés, redonnant à l’agriculture familiale les moyens de vivre complémentaires en lui délégant des missions de protection de l’environnement , innovant par la recherche pour préparer les industries du futur, assouplissant le système bancaire pour qu’il ne soit plus un frein à l’essor.

Une fiscalité rééquilibrée : Revenant au principe fondateur de la progressivité de l’impôt (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen), rétablissant un IPGF (Impôt sur le patrimoine des grandes fortunes progressif à partir de 3 millions d’€, repoussant le seuil des droits de succession à 1 million d’€, plafonnant les taxes sur les carburants en les diversifiant selon que les Départements concernés possèdent ou non des moyens de transport collectifs suffisants, créant enfin une TVA sociale permettant de lutter contre les concurrences fiscales faussées internationales, réduisant le formalisme incompréhensible d’une forêt de taxes et de niches diverses à tous les échelons.

Une Europe repensée : Redonnant aux Etats la Souveraineté Nationale prévue dans les traités mais régulièrement bafouée par les technostructures bruxelloises, développant les grandes coopérations, aménageant les infrastructures communes, favorisant la recherche européenne, mettant enfin en place une défense commune, repensant ses rapports avec l’Europe de l’Est et la Russie, unifiant sa fiscalité pour éviter les dumpings intra européens, définissant enfin progressivement, à l’ère des continents organisés, une politique étrangère commune défendant les frontières, participant aux missions d’ingérence humanitaire de l’ONU, apportant pleinement sa contribution au développement de l’Afrique. 

De beaux débats en perspective !

Souhaitons toutefois que les grands idéaux de notre devise nationale « Liberté, Egalité, Fraternité » nous rapprochent enfin et évitent de voir notre pays sombrer dans un affrontement entre deux France qui ne se comprendraient plus !

A l’opposition classique de deux France politiques elles-mêmes mortellement divisées et incapables à Droite comme à Gauche de toute salutaire coalition, n’ajoutons pas les affrontements de deux France sociétales et morales qui ne veulent plus se reconnaître l’une marquée par des aspirations égalitaires mondialiste reniant la liberté de la tradition et des racines de l’autre.

 

Pierre Chastanier

 
Imprimer cette Weblettre