Lettre #37 Septembre 2020 9/9/2020
   

Chers amis, Bien aimées Soeurs et Frères,

Editorial  - Lettre Septembre 2020

 

Pour conserver le lien nécessaire de la fraternité, nous avons organisé pendant le confinement, des échanges et des vidéos conférences. De nombreux participants ont semblé pressentir qu’un monde s’achève. Confusément. Certains craignaient que le futur soit pire que le monde passé. D’autres y voyaient l’occasion de se réformer et d’ouvrir la voie à une société plus durable, plus fraternelle, augurant d’un nouveau contrat entre l’homme et la nature. Ainsi penser l’après était au centre de toutes les discussions. Pour beaucoup nous avons subi un traumatisme individuel ou collectif tel que notre capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l’adversité était en question.

Bref si les réalités risquent pour les pessimistes de « sonner la fin de la récréation », on peut également en appeler à une forme de résilience. Le mot fait florès mais quel est ce concept dont on entend si souvent parler, à tort et à travers pour Boris Cyrulnik qui l’a popularisé à la suite de Michel Manciaux, Stanislas Tomkiewicz, voire de la théorie de l’attachement et de la pensée positive de Joseph Murphy.

Entre le concept originel venu de la physique selon lequel la résilience est l’aptitude d’un corps à résister aux pressions et à reprendre sa structure initiale, et l’usage qui en est fait lorsqu’on évoque une résilience collective, il y a un fossé ! Peut-on passer de l’individuel au collectif ? Ou le poids des contraintes est-il si lourd que les espérances individuelles sont par avance écrasées ? Faire éclore les fleurs là où le confinement semble avoir asséché les cœurs par la grâce de la distanciation, voilà bien notre horizon, voilà bien le socle de notre résilience.

La gravité du traumatisme provoqué par le confinement est ressentie différemment selon les individus. Les échanges en visioconférence cet été ont montré à quel point les situations étaient différentes. Et pourtant, la volonté de définir ensemble un « après » était commune. Parler de ce contexte inédit pour le sublimer, en le mettant en scène, permet cette capacité adaptative qui permet de ne plus se soumettre à l'impact d’un traumatisme. C’est précisément le principe de résilience.

C’est d’ailleurs également le principe du fonctionnement en loge à travers la construction de l’égrégore. Voilà qui différencie cette résilience partagée, en loge ou dans la vie profane et le divan de la psychanalyse avec laquelle on la confond trop souvent. Si la capacité de résilience peut être innée, une grande partie peut être acquise. Le travail en loge y contribue. En effet, c’est un travail sur soi qui a besoin de l’autre. Lors d’une de ses conférences, Boris Cyrulnik concluait : « Nous avons donc compris que la résilience passe par l'altérité ! » Au-delà elle est également nécessaire à la fraternité.

Il importe au franc-maçon de s'approprier ce concept de résilience. Il s’inscrit dans une fraternité active. Certes la résilience n’est pas l’effacement des épreuves mais le chemin enthousiaste de reconstruction de l’avenir dans le respect et la compréhension du passé.

Nous allons nous retrouver lors du séminaire et lors de la reprise des travaux en loge si le contexte le permet. La joie de nous retrouver ne sera pas feinte. Cette joie est une des rivières de la résilience telle que nous entendons la partager, à la rencontre du travail sur soi et du contexte collectif protecteur de la loge.

A dire vrai, j’ai hâte de vous retrouver lors du séminaire 
de Saint-Germain les 18 et 19 septembre prochains !

 

Christine Sauvagnac  
Grand Maître de la GLCS

Val

 


 

#GLCS_officiel

La GLCS est sur Instragram - Abonnez-vous

Pour un dialogue plus direct, participez et adhérez à

notre nouvelle page Facebook

facebook


A suivre...


 Rappel : le séminaire a lieu les 18 et 19 septembre 2020

 
La lettre d'information        S'inscrire

Val 


La Saint Jean en temps de (dé)confinement

Mozart

" Cette année 2020, notre rituel annuel du solstice d’été, nommé « Saint Jean d’été », n’a pu avoir lieu pour les raisons sanitaires bien connues..."

Eliane M nous livre sa vision du symbolisme de cette fête de renaissance donc participant à la résilience.


Art du Tracé 
A chacun de retrouver symboles, progressions, apparentes ou cachées dans le tracé de cette édition

Retrouver les lignes de résilience pour surmonter la crise, résister et renaître

Résilience



  • Directeur de la publication : Christine SAUVAGNAC
  • Comité de lecture : Marcel LAURENT, Christian GRUSQ & Thierry B.
  • Direction, communication & coordination de la lettre : Patrice HERNU
  • assisté de Bianca OBERT-SAUVAGNAC
  • Comité de rédaction : Michel S.; Vanessa D., Olivier G., Gérard W., Baptiste L., Eliane M., M.L...

Nous vous invitons toutes et tous à participer aux articles.

Disposition de protection des données et RGPD

Vos données - Identité : [weblet_destinataire_nom] - Email : [weblet_destinataire_email] - Protection : [complement_clef_cryptage]

 
Imprimer cette Weblettre